Le repos dominical : une nécessité d’intérêt général

 

Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine 18 novembre 2008 – communiqué de presse

Alertée par la proposition de loi visant la généralisation du travail le dimanche, l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine rappelle l’attachement des Églises au repos dominical. Dans l’esprit de la campagne « Notre dimanche n’est pas à vendre » des années 1990, elle réaffirme une conviction théologique : l’instauration du sabbat biblique correspond à un besoin anthropologique et biologique ; ce jour de repos hebdomadaire est nécessaire pour l’équilibre des personnes et de la société tout entière. Il permet de :
• donner sens à ce travail. S’arrêter revient à pouvoir prendre de la distance par rapport à ses propres productions, les apprécier et en profiter au mieux ;
• se donner les moyens de jouir de ce temps de récupération et de plaisir avec d’autres : en famille, entre amis ou en communauté ;
• symboliser au niveau de l’organisation sociale toute entière que vivre, c’est bien autre chose que seulement produire, vendre, acheter et consommer ;
• porter devant Dieu, pour ceux qui le souhaitent, leur travail (ou le manque de travail), mais aussi leurs loisirs et leur vie familiale, communautaire et sociale.

Pour toutes ces raisons, l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine, au nom de l’intérêt général, revendique le maintien du repos dominical et demande à la représentation nationale de ne pas s’engager dans cette direction.

Pour le conseil de
l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine
Jean-François Collange, président

 

Contact presse : Colette SCHRODI,
service communication de l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine, 03 88 25 90 34, www.epal.fr

Source(s) : UEPAL;UNION DES EGLISES PROTESTANTES D'ALSACE ET DE LORRAINE;
Date de parution : 18 novembre 2008